Nos sociétés sont à la croisée des chemins.

Après des années d’étude et deux rapports analysant la profondeur de la crise climatique, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié début avril la troisième partie de son sixième rapport d’évaluation (AR6). Malgré les preuves croissantes d’action climatique, les émissions ont continué d’augmenter à l’échelle mondiale et les objectifs de réduction que chaque pays s’est engagé à atteindre d’ici 2030 ne seront pas suffisants pour limiter la hausse de la température à 1,5 ° C au-dessus des niveaux préindustriels.

Si le monde peut encore espérer conjurer les pires ravages de la dégradation du climat si les températures montent à plus de 3 degrés Celsius, un renforcement immédiat de nos politiques et de nos actions pour la transition vers une économie et une société à faibles émissions de carbone est primordial.

Non seulement nous devons réduire considérablement l’utilisation des combustibles fossiles et la transition vers des sources d’énergie renouvelables, conclut le GIEC; Tous les secteurs de nos économies, de l’énergie et des transports aux bâtiments et à l’alimentation, doivent changer radicalement et rapidement pour réduire leur empreinte carbone et devenir plus économes en énergie.

Bien que nos gouvernements au Canada et en Europe aient déjà mis nos sociétés sur cette voie de transition, les investissements dans la transition vers la neutralité carbone sont encore beaucoup plus faibles qu’ils ne devraient l’être. Dans cette édition 2022 de notre Journée de travail EUCCAN, les entreprises et les organisations opérant des deux côtés de l’Atlantique ont donc été réunies pour discuter de la façon dont nos industries pourraient tirer parti de nouvelles opportunités de croissance, de performance et de compétitivité tout en intensifiant leurs efforts pour obtenir des résultats environnementaux et sociaux.

Pour en savoir plus à ce sujet, téléchargez le rapport complet de notre journée de l’entreprise EUCCAN Green Back Better.